Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SUZANNE

Non, Monsieur Albert, avec moi, c’est pas besoin de parler comme ça… parlez seulement votre langue… j’aime mieux…


ALBERT

Moi aussi, car je l’avoue, j’éprouve encore de grosses difficultés.


SUZANNE

Vous avez fait des progrès.


ALBERT

Vous les aviez exigés.


SUZANNE

Oui, vous êtes gentil. Tout à l’heure, quand vous êtes sorti, vous ne savez pas ce que père a dit ?


ALBERT

Non.


SUZANNE

Il a dit de vous : « Il est tout de même gentil ce garçon ».


ALBERT

Oui ? Vrai ? Alors je suis déjà dans un tiroir d’en haut ?