Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène V

SUZANNE, ALBERT.



SUZANNE

Allez ! Allez ! Monsieur Albert, si vous croyez que ça fait quelque chose. Un client qui travaille avec moi, c’est de la besogne en moins pour vous, n’est-ce pas ? Et puis, père est ennuyé à cause de la société, et mère, ça il ne faut pas dire, elle ne s’occupe presque pas de vous.


ALBERT

Ah ! Si vous n’étiez pas là, mademoiselle, je vous jure bien qu’il y a longtemps… Je ne suis pas un petit commis qui attend après ses maigres appointements. Mon père m’a envoyé en Belgique, chez M. Beulemans, comptant que j’y trouverais au moins des égards.


SUZANNE

Ta ! ta ! ta ! ta ! Est-ce que je n’ai pas d’égards pour vous ? Eh bien, moi c’est le principal. Je veux que vous restez ici… jusqu’à la fin de votre année.