Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BEULEMANS

Naturellement ! Vous tirez avec elle. Vous êtes toujours à deux contre moi…


SUZANNE

Ça n’est pas juste ce que vous dites, père ; je n’ai rien dit… Et puis mère aussi me dit que je tire avec vous… Ça prouve bien que je ne tire avec personne… Je suis assez triste de toutes ces ruses.


BEULEMANS

Si vous croyez que ça m’amuse ! Je sais bien que je ne suis pas président d’honneur ! Eh bien ! je ne suis pas président d’honneur, voilà tout… Elle n’a qu’à tâcher de se faire nommer…


SUZANNE

Écoutez, père… venez…


BEULEMANS

Je suis très bien ici.


SUZANNE

Mère a promis qu’elle ne parlerait plus de ça.


BEULEMANS

Elle a promis… je connais ça !… Le jour de notre mariage elle m’a aussi promis obéissance… Elle a promis !…


SUZANNE

Non, mais maintenant c’est sérieux… elle ne dira plus un mot… (Elle prend l’assiette) Venez, père…