Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SUZANNE

Ah ! je suis contente que vous êtes de bons amis… Qu’est-ce que vous disiez ?


ALBERT

Des choses banales… Nous parlions de la pluie et du beau temps…


SÉRAPHIN

Oui… je crois qu’il va dracher.


SUZANNE

Est-ce que vous voulez un parapluie ?

Allant au pupitre où se trouve déjà Albert.

SÉRAPHIN

Non, les parapluies c’est toujours la même chose… je pars avec, et quand je reviens je ne l’ai plus, ou, si j’en ai un, c’est un parapluie contraire.


SUZANNE

Si vous le perdez, ça ne fait rien ; je vous donnerai un vieux.


SÉRAPHIN

Et puis, c’est tout de même presque de la même bourse, n’est-ce pas ?


SUZANNE
distraite.

De la même bourse ?