Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SÉRAPHIN

Oui, oui, et vous n’écoutez même pas ce que je dis.


SUZANNE

Moi ?


SÉRAPHIN

Oui ! Quand M. Albert est là avec ses manières de Parisien… moi je ne suis plus rien.


SUZANNE

Oui, mais non, Séraphin, qu’est-ce que ça signifie ?


SÉRAPHIN

J’avais raison de le dire tout à l’heure : il est toujours à tourner autour de vous et vous aimez ça.


SUZANNE
(quittant le bureau).

Je comprends maintenant de quoi vous avez causé à vous deux. Venez un peu par ici, Monsieur Albert… Venez un peu par ici, Séraphin… Des cancans, ça je ne veux pas. Je dois vous dire, Séraphin, que c’est assez honteux ce que vous faites là. Mais enfin, tous les hommes sont comme ça. Seulement chez moi ça doit être tout droit dehors. — Monsieur Albert,