Page:Forestier - De la leucocythémie.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 20 —


Lésions principales. — Rate. — La rate, dans les neuf dixièmes des cas de leucocythémie environ, présente de remarquables lésions ; aussi, dit Virchow, la lésion splénique domine-t-elle tout le tableau pathologique dans la leucémie. Le volume de l’organe est généralement très-augmenté, il peut être quatre ou cinq fois et plus ce qu’il est à l’état normal ; son poids aussi est considérablement augmenté alors ; on l’a vu être dix fois, quinze fois ce qu’il est dans les conditions de santé. Nous avons vu nous-même, dans les observations que nous avons faites sur le chien, le volume et le poids de la rate être quintuplés. Dans onze cas de leucocythémie sur trente-deux, observés chez l’homme par M. Vidal, la rate adhérait au diaphragme, au péritoine pariétal, ou à l’épiploon, par des exsudations plastiques considérables. La capsule de l’organe présente quelquefois des plaques laiteuses, ou des cicatrices demi-cartilagineuses à la surface. Chez un chien, nous l’avons vue soulevée par places, formant ainsi plusieurs bosselures, d’une couleur claire ; à ces points elle recouvrait un tissu lobulé, mou, se bombant sur la coupe comme l’encéphaloïde, et qui n’était autre que du tissu lymphoïde embryonnaire. Cette membrane peut ne pas changer d’épaisseur, malgré l’hypertrophie de l’organe, mais c’est le cas le moins fréquent. La couleur du tissu splénique est d’un rouge brun, violacé à l’extérieur ; elle présente souvent des reflets opalins, lesquels sont surtout visibles sur une coupe qui est lisse, luisante, nette, relativement sèche. Sur cette coupe, on voit des grains blanchâtres ou gris, ayant le volume d’un pois à celui d’une noisette, se détachant nettement