Page:Forestier - De la leucocythémie.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 22 —

grande quantité de globules blancs et de globulins. L’enveloppe glandulaire propre est très-épaissie.

Au microscope, on reconnaît aux ganglions lymphatiques toute la structure du lymphadénôme de la glande lymphatique, c’est-à-dire qu’ils sont essentiellement constitués par la réunion de nombreux globules lymphatiques, à noyau volumineux, que colore fortement le carmin. Avec deux ou trois préparations, on voit facilement tous les détails du tissu. À première vue, on croirait qu’il est simplement constitué par un agglomérat de cellules libres, mais si on passe le pinceau sur la préparation, on chasse ces cellules plus ou moins complètement, et l’on peut alors apercevoir le tissu qui leur servait de support ; ce tissu est de nature adénoïde et présente un réseau très-serré. Entre ses mailles existent çà et là des noyaux qui dénotent son activité formatrice. Il se distingue du tissu lymphatique normal par une grande richesse en vaisseaux capillaires, lesquels peuvent, du reste, se voir à l’œil nu, si on examine la coupe d’un ganglion attentivement. Il s’en distingue encore par la présence des noyaux que nous venons de signaler dans ses mailles.

Intestin. — Les glandes isolées sont quelquefois hypertrophiées, mais dans des cas rares toutefois, C’est cette hypertrophie, remarquable surtout sur les glandes de Peyer de l’intestin grêle, qui a fait distinguer par MM. Béhier et Jaccoud la forme intestinale de la leucémie chez l’homme, laquelle n’a pas encore été signalée chez nos animaux.

Le pancréas, les amygdales, le corps thyroïde,