Page:Forneret - Deux Destinées, 1834.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


n’ai point paru, j’ai craint de sacrifier quelques heures pour être heureux. Étrange bizarrerie d’un cœur qui désire et qui souffre ! l’événement est une bombe dont les éclats me brisent ainsi qu’ils ont brisé l’occasion.

LÉON.

Elle renaîtra, sois-en sûr ; les amans sont fils du hasard, et sa bonté ne les abandonne jamais.