Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/1279

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
1 279.

ensemble sur », est syn. de meṛennen et de meṛennan. v. ⵗⵏⵏ meṛennen ‖ très peu us. dans l’Ăh.

tâmezâṛ ⵜⵎⵣⵗ va. f. 7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (itâmezâṛ, our itemeziṛ) ‖ protéger hab. ; défendre hab. ‖ a aussi le s. pas. ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

tămezaḳ ⵜⵎⵣⵈ sf. nv. prim. ; φ (pl. timezâṛîn ⵜⵎⵣⵗⵏ), daṛ tmezâṛîn protéger hab. ; défendre hab. ‖ a aussi le s. pas. ‖ a t. les s. c. à c. du prim. ‖ fait de protéger ; fait de défendre ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être protégé ; fait d’être défendu » ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ⵎⵣⵗ Ămâziṛ ‖ v. ⵂⵗ aheṛ.

N , Ñ 

enn va. prim. ; conj. 11 « els » ; ω (innă, innâ, éd ienn, our inné) ‖ dire ‖ enn présente les particularités suivantes dans son emploi avec les pronons af. rég. dir. des verbes t « lui » et ten « eux » : 1º après le verbe enn, on emploie hab. le pron. af. ten « eux » à la place de t « lui », quand ce dernier ne se rapporte pas à un subs. exprimé, mais a le sens vague de « cela ». (Ex. ennĭḳ ḳen ⁒ je l’ai dit = ennĕn âk ken ⁒ ils te l’ont dit = nek a ten innĕn ⁒ moi ce qui l’ayant dit (c’est moi qui l’ai dit). On pourrait dire ennĭḳ ḳ, ennĕn âk k, nek a tt innĕn ; c’est correct, mais inélégant et inusité). 2º quand le pr. af. rég. dir. qui suit enn se rapporte à un subs. exprimé, il s’accorde en genre et en nombre avec lui. (Ex. tăfirt tâ-reṛ, ennĭḳ ḳet ⁒ ce mot, je l’ai dit = ăouâl ouâ-reṛ, ennĕn âk k ⁒ ces paroles, ils te les ont dites = tifir tîreṛ, nek a tenet innĕn ⁒ ces mots, moi ce qui les ayant dits (ces mots, c’est moi qui les ai dits)). 3º si le pr. af. rég. dir. qui suit enn se rapporte à un pronon signifiant « ceci » ou « cela », on se sert ad lib. de t ou de ten ; dans ce cas, t et ten sont également employés. (Ex. aouâ-reṛ, ennĭḳ ḳ ⁒ ceci, je l’ai dit = aouâ-reṛ, ennĭḳ ḳen ⁒ m. s. q. le pr. = a-i-deṛ, ennĕn âk k ⁒ ceci, ils te l’ont dit = a-i-deṛ, ennĕn âk ken ⁒ m. s. q. le pr. = aoua-h, nek a tt innĕn ⁒ ceci, moi ce qui l’ayant dit (ceci c’est moi qui l’ai dit) = aoua-h, nek a ten innĕn ⁒ m. s. q. le pr.) ‖ enn présente la particularité suivante dans son emploi avec les pron. af. rég. ind. des verbes : quand les pr. rég. ind. du v. suivent immédiatemment une des p. du verbe enn terminés par ă, â, on peut ad lib. suivre la règle générale et employer i, âk, âm, âs, âneṛ, etc., les finales ă, â du verbe s’élidant, ou bien employer hi, hâk, hâm, hâs, hâneṛ, etc., les finales ă, â du verbe ne s’élidant pas.