Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/1440

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
1 440.

menżoûżi ⵎⵏⵣⵣⵉ sm. nv. prim. ; (pl. menżoûżîten ⵎⵏⵣⵣⵜⵏ) ‖ m. s. q. le pr. ‖ peu us.

OU 

ioui ⵓⵉ vn. prim. ; conj. 23 « ioui » ; (iouă, iouâ, éd ioui, our ioué) ‖ naître ‖ les expr. a ouĭṛ, a touĭd, a iouă, etc. « ce que je suis né ; ce que tu es né ; ce qu’il est né ; etc. » signifient « depuis que je suis né ; depuis que tu es né ; depuis qu’il est né ; etc. ». Lorsqu’elles accompagnent des phrases positives, leur sens est « depuis que je suis au monde (toujours, depuis que je suis au monde) ; depuis que tu es au monde (toujours, depuis que tu es au monde) ; etc. ». Lorsqu’elles accompagnent des phrases négatives, leur sens est « de ma vie (jamais de ma vie) ; de ta vie (jamais de ta vie) ; etc. ». (Ex. Kenân, a iouă itâkerK., depuis qu’il est au monde, vole (K., depuis qu’il est au monde, ne cesse de voler) = Dâssin, a touă tehôseiD., depuis qu’elle est au monde, est belle (D., depuis qu’elle est au monde, a toujours été belle) = Biska, a iouă iḍḍânB., depuis qu’il est au monde, paît (B., depuis qu’il est au monde, surveille les troupeaux au pâturage) = Mîmi d Helba, a ouĕnet ih înet ăġaḍM. et H., depuis qu’elles sont au monde est dans elles la dispute criarde (M. et H., depuis qu’elles sont au monde, font aux gens des disputes criardes) = a ouĭṛ, our néieṛ Dâha ⁒ de ma vie, je n’ai vu D. = tennĭd a touĭd our tennid bahou ; bahou, neṛ ouâ-reṛ ien ⁒ tu as dit [que] de ta vie tu n’as dit de mensonge ; une mensonge voici celui-ci un (tu dis que de ta vie tu n’as dit de mensonge ; en voici déjà un) = Biska our ioukir a iouăB. n’a pas volé de sa vie (de sa vie, B. n’a volé) = a ouĕn, Iddĕr ed Bêdé our ekkin Tăouat ⁒ de leur vie, I. et B. ne sont allés au Touat).

tîoui ⵜⵓⵉ vn. f. 1.7 ; conj. 259 « toûḍou » ; (itîoui, our itioui) ‖ naître hab.

tîouit ⵜⵓⵜ sf. nv. prim. ; (pl. tîouîtîn ⵜⵓⵜⵏ) ‖ fait de naître ‖ signifie aussi « naissance ».

ăou (ou , ăg ) sm. μ (pl. ăit ⵉⵜ, dăg ⴷⴳ) ‖ fils de ‖ ăou a pour fém. oult (oulet) (pl. chêt) « fille de » ‖ le pl. dăg semble composé de la prép. d « avec » et d’ăg « fils de ». v. é « eux qui ; celles qui » et son emploi avec d « avec » ‖ les mots ou, ăg, ăit, dăg, oult, chêt appartiennent tous à la classe des mots μ ‖ les sing. ăou, ou, ăg et les pl. ăit, dăg ne s’emploient pas indifférement. Le sing. ăou ne s’empl. que précédant le mot Âdem « Adam » ; il ne s’empl. dans aucun outre cas. Le sing. ou peut s’employer devant tous les np. de tribu, de nation, de lieu, commençant par une consonne ; il ne peut s’employer ni devant les np. de p., ni devant le mot elet « fille de ; filles de ». Le sing. ăg peut s’employer devant tous les np. d’h. ou de f., devant le mot elet « fille de ;