Page:Foucauld, Dictionnaire touareg.djvu/3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
3.

les mots touaregs écrits en caractères français, le g a toujours le même son, celui qu’il a dans le mot « garder », jamais celui qu’il a dans le mot « large ». Toutes les lettres se prononcent séparément, excepté ou et ch ; ainsi ăit « fils de » se prononce comme s’il y avait ăït ; Ăir (nom propre de lieu) se prononce comme s’il y avait Ăïr ; berin « vers » se prononce comme s’il y avait berine ; eglet « partez » se prononce comme s’il y avait eglete ; sesten « questionne » se prononce comme s’il y avait sestene. La lettre ñ est un son nasal qui se rapproche de notre gn dans le mot « agneau » ; ăña « frère » se prononce à peu près « ăgna ». Il y a un autre son nasal que les Kel-Ăhaggar ne rendent pas dans l’écriture ; il porte sur l’n, qu’il affecte presque toujours quand celui-ci précède immédiatement g, ġ, ou  ; l’n se lie à ces 3 lettres de manière à former avec elles un son unique qui, pour ng, est à peu près celui des mots allemands « fangen (attraper) », « jung (jeune) », et pour et nṛ est analogue ; cette nasalisation est rendue dans la transcription française par  ; (ex. beṛeṅṛen « nasiller »). L’e a tantôt le son de l’e muet français, tantôt un son intermédiaire entre notre e muet et notre é, tantôt le son de l’é français ; dans les 2 premiers cas, nous écrivons l’e comme notre e muet, sans le surmonter d’aucun signe ; dans le 3me cas, nous le surmontons d’un accent aigu ; (ex. sesten « questionne » ; our iglé « il n’est pas parti »). — Quelquefois il est utile d’indiquer que des sons-voyelles sont longs ou qu’ils sont brefs ; les longs sont exprimés par un accent circonflexe (â, î, ê, , ô), les brefs par le signe ˘ (ă, ĭ, ĕ, é̆, , ŏ). Les ê ont le son d’un ê français ; les ĕ ont le son d’un e muet français ou un son intermédiaire entre notre e muet et notre é ; les é̆ ont le son de notre é. — Le dictionnaire contient quelques mots arabes écrits en français ; la transcription est la même que celle du touareg pour les lettres arabes ayant des équivalents touaregs ; ج‎ est rendu par j, ح‎ par , ص‎ par , ظ par , ع‎ par , .

IV. — L’ordre des lettres du dictionnaire est celui de l’alphabet français, c’est à dire le suivant : B  ; CH  ; D  ;  ; F  ; G et Ġ et  ; H  ; I  ; J  ; K  ;  ;