Page:Fougeret de Monbron - Le Cosmopolite.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


gratifications annuelles, au moyen de quoi il faisoit une assez passable figure, & soutenoit aussi fièrement l’honneur de la Comté, que s’il fût descendu de Pierre de Provence.

Nous étions devenus, Mr. le Comte & moi, si bons amis, qu’il ne se fit aucun scrupule de me procurer la connoissance du doux objet de ses tendres feux. Je ne sais si je ne lui aurois pas eu plus d’obligation de n’avoir point poussé la complaisance jusques-là. Ce qu’il y a de constant, c’est que je gagnai un fort vilain mal, lequel j’ai fait circuler depuis dans le cours de mes voyages par esprit d’économie pour n’y pas revenir à plusieurs fois. Ce petit accident, joint à la perte d’environ quarante sequins que m’avoit escamoté cet aimable compagnon de débauche, rompit tout-à-coup la douce harmonie de nos cœurs ; & notre désunion fut aussi prompte, que notre liaison l’avoit été.

Comme j’avois lieu de regretter un