Page:Fournier - Mon encrier (recueil posthume d'études et d'articles choisis dont deux inédits), Tome I, 1922.djvu/119

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Cette page a été validée par deux contributeurs.
104
MON ENCRIER

de sel et des crucifix lumineux sa figure pour vous indifférente. N’allez pas évoquer dans vos boutiques son ombre insultée. Il ne vous reconnaîtrait pas. Vous n’êtes pas de la même race. Faites des marchés, faites des calculs, c’est peut-être vous qui avez raison : mais n’allez pas, lui, le réveiller pour cela. Vous l’étonneriez.

Il ne comprenait pas les affaires, voyez-vous, le petit soldat à l’œil clair qui s’en allait cheveux au vent, seul avec ses seize compagnons, à la rencontre de huit cents Indiens, ce matin du mois d’avril 1660.

Il ne savait même pas ce que c’était que de se vendre…

Les Iroquois ont mangé son corps. Tâchez au moins de ne pas manger, vous autres, sa mémoire.