Page:Fournier - Mon encrier (recueil posthume d'études et d'articles choisis dont deux inédits), Tome I, 1922.djvu/176

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
161
LA FAILLITE (?) DU NATIONALISME

d’une intelligence si juste et si maîtresse d’elle-même, a-t-il pu tout à coup s’aventurer dans pareille voie d’inconsistance et de fantaisie ? Comment, s’y étant aventuré, a-t-il pu s’y maintenir et s’y acharner ?[1] Comment surtout, quand il avait d’avance tant de solides arguments contre l’adversaire, a-t-il pu lui venir à l’idée de grossir, comme il a fait, l’importance de sa nouvelle découverte jusqu’à vouloir faire, de l’interprétation du mot may dans l’article 18, un des points « essentiels », sinon le point « essentiel »[2] de tout le débat ? On vous avait montré tout à l’heure le beau côté de son talent ; vous venez maintenant d’en apercevoir — par un pre-

  1. Les enfants déshérités de la nature sont en général les plus jalousement chéris des parents. Faudrait-il voir ici l’effet d’un sentiment analogue, et si M. Bourassa, contre l’évidence même, persistait avec une si farouche obstination à défendre sa théorie, n’était-ce pas un peu beaucoup qu’il en avait lui-même secrètement reconnu l’infirmité ? Jamais, que je sache, il n’avait encore montré dans une polémique plus d’âpreté ni de mauvaise humeur, jamais encore la contradiction ne l’avait plus visiblement exaspéré. Voyez par exemple comme il vous attrape le rédacteur en chef du Canada, M. Fernand Rinfret : « Ce brave petit… » — « Le bon jeune homme du Canada… » — « Le jeune homme du Canada a découvert que l’article 69, etc… Pauvre petit ! encore les quatre pieds dans les plats ! » — « Que les jeunes gens du Canada enregistrent cet aveu… À force de me lire et de me transcrire, ils finiront peut-être par comprendre quelque chose. »

    (Se référer, pour les deux premières citations, au Devoir du 12 février 1910, pour la troisième au Devoir du 14. Quant à cette dernière phrase, d’une modestie si touchante, on la trouvera dans l’édition du 11.)

  2. Le mot est de lui (cf. le Devoir du 12 février 1910). — « Il (le rédacteur en chef du Canada) ouvrira peut-être les yeux sur la conspiration dont j’ai parlé. L’accord du premier-ministre et du chef de l’opposition sur ce point essentiel de la question — ce « nucleus », comme dirait M. Mousseau — en est la preuve la plus convaincante. »

    De fait, ce « point » pour lors lui paraissait tellement « essentiel », et d’une telle conséquence, que sauf l’article 18, — de la sorte interprété, — il se déclarait prêt à approuver absolument tout ce qu’on voudrait dans le projet de loi Laurier. Écoutez-le plutôt :

    « S’il s’était agi d’une flotte canadienne, pour la défense du Canada, sous l’autorité du gouvernement canadien, je n’aurais trouvé à redire