Page:Fournier - Souvenirs poétiques de l’école romantique, 1880.djvu/294

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


276 LACRETELLE (HENRI DE).

SUR « LES CLOCHES »

RECUEIL DE POÉSIES DE l’AUTEUR


Pour VOUS, mes Cloches, pauvre livre

Fermé sans être feuilleté,

Si votre fruit parfois enivre,

Pour moi seul vous avez chanté !


Tout petit, cloche palpitante,

J’essayai, mais Dieu le défend,

De prendre la corde tremblante

Trop haute pour ma main d’enfant.


Et lorsque je m’approchais d’elle,

Timide, tressaillant d’ effroi,

Un oiseau d’un battement d’aile

Vous faisait chanter plus que moi !


Et puis, vint une heure suprême

Où vous avez, un soir d’été,

cloche ! vibré de vous-même.

Sous le souffle de la beauté !


Alors, instrument de délire

Que la main brise en le touchant,

La cloche devint une lyre,

Et je m’endormis à son chant.


Mais, hélas ! le ciel ne te laisse

Qu’un instant embaumer mon seuil :

Lyre, pour les jours d’allégresse.

Et cloche, pour les jours de deuil.