Page:France - Sur la voie glorieuse.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA PETITE VILLE DE FRANCE


Du haut d’une colline, nous découvrîmes une petite ville. Peu importe son nom : c’était une ville de France paisiblement assise dans le creux d’un vallon. Elle était charmante avec ses toits pointus, ses rues tortueuses et le clocher en charpente de son élégante église. Je la contemplai dans une sorte de ravissement. C’est que la vue à vol d’oiseau d’une de nos villes est un spectacle aimable et touchant, où l’âme se plaît. Des pensées humaines montent avec la fumée des toits. Il y en a de tristes, il y en a de gaies, elles se mêlent dans notre souvenir pour inspirer toutes ensemble une tristesse souriante, plus douce que la gaieté.