Page:France - Sur la voie glorieuse.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



AUX LECTEURS DU « NOVOSTI »
« LES NOUVELLES »
JOURNAL RUSSE PUBLIÉ À PARIS


Liberté, liberté chérie,
Combats avec tes défenseurs !


26 avril 1915.


Amis, cette guerre que nous n’avons pas voulue, nous la ferons jusqu’au bout ; nous poursuivrons notre œuvre terrible et bienfaitrice jusqu’à son entier accomplissement, jusqu’à la destruction totale de la puissance militaire de l’Allemagne.

Nous aimons trop la paix pour la souffrir louche, fausse ou débile. Nous la voulons grande et forte, assurée d’une longue et haute destinée.

Je l’ai dit dès le début de la guerre, je ne me lasserai point de le répéter. La paix, cette paix si chère, si précieuse, il est criminel de l’appeler, criminel de la désirer avant d’avoir réduit à néant les forces