Page:Franck - Le communisme jugé par l'histoire, 1871.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE V.

Du communisme révolutionnaire : Robespierre, Babœuf.

Babœuf est, comme je l'ai dit, l'homme d’action de cette école. C’est lui qui a tenté, à l’aide d’une révolution sociale, et par l’instrument de la violence, d'en faire passer les principes dans la réalité. Il ne faut pas confondre les desseins de Babœuf avec ceux de Robespierre. Il y a entre ces deux personnages de notre révolution la même différence qu’entre Rousseau et Mably. Robespierre, c’est Rousseau investi de la dictature ; ce que l’un a pensé, l’autre a essayé de le faire. Or nous avons vu que Rousseau ne reconnaît pas la propriété pour un droit ; il en fait, comme Puffendorf et Montesquieu, une institution purement civile, à laquelle l’État peut imposer les limites qu’il juge convenables. Cette même idée, Robespierre essaya de la faire passer dans la constitution de 93, et on la reconnaîtra sans effort dans son projet de déclaration des droits de l’homme, dont l’article 6 est ainsi conçu : « La propriété est le droit qu’a chaque citoyen de