Page:Froissart - Méliador, tome 3.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
44
Méliador

« Je vous voi certes volentiers.
« Que font mes mestresses, vos dames,
23270 « Argentine et les aultres fames ? »
Et cilz respont : « Sire, moult bien.
« Si vous prion sur toute rien
« Que vous voelliés de la rescrire. »
Et Melyador prent a rire
23275 Et dist : « Je doi bien obeïr,
« Certes, biau sire, et chier tenir
« Tout ce qui de celes me vient. » f. 171 d
Or vous dirai, il m’en souvient,
Quel cose avoit dedens ia lettre
23280 C’on peut au chevalier tramettre.
Elle estoit assés bien dittée
A l’usage de leur contrée,
Selon ce qu’encor j’en exprime ;
Mais elle n’estoit point en rime ;
23285 Je li ay mis de mon voloir
Pour le livre son cours avoir.


« 
Salus, amours et amistés
« Au bleu chevalier, qui est tels
« Que tous bons chevaliers doit estre,
23290 « Et fait de li issir et nestre
« Grans proeces et grans renons,
« De par cestes de qui nulz nons
« Ne sera nommés maintenant.
« Fors tant avoec le recommant
23295 « Dessus dit, elles vous supplient,
« Comme celles qui se confient
« De vous priier, que vous voelliés
« Estre si bien appareilliés
« Que vous escrisiés vostre estat ;
23300 « En quel joie et en quel debat
« Vous avés demoret de puis