Page:Furetière - Le Roman bourgeois.djvu/317

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

SOMME DÉDICATOIRE.

Tome premier.

Chapitre 1.

De la dedicace en general, et de ses bonnes ou mauvaises qualitez.

Chapitre 2.

Si la dedicace est absolument necessaire à un livre. Question decidée en faveur de la negative, contre l’opinion de plusieurs autheurs anciens et modernes.

Chapitre 3.

Qui fut le premier inventeur des dedicaces. Ensemble quelques conjectures historiques qui prouvent qu’elles ont esté trouvées par un mendiant120.

Chapitre 4.

Laquelle est la plus ancienne des dedicaces, celle des thèses ou celle des volumes ; et de la profanation qui en a esté faite en les mettant au bas des simples images, par Baltazar Moncornet.

Chapitre 5.

Le pedant Hortensius aigrement repris de sa ridicule opinion, pour avoir appelle un livre sans dedicace Liber ἀκέφαλος.



120. Scarron avoit la même pensée que Furetière ; il a dit que « faire une dédicace, c’étoit faire le gueux en vers ou en prose ».