Page:Gaboriau - Les Gens de bureau, Dentu, 1877.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


absurdité. Il s’est façonné depuis ; il sait qu’il peut se reposer absolument sur son sous-chef, et il signe les yeux fermés. Il signerait, comme on dit, sa condamnation à mort.

Oh ! combien il regrette que l’administration n’autorise pas l’usage des griffes pour les chefs de bureau ! Comme il serait heureux de confier la sienne à son sous-chef !

Le chef qui ne fait rien est ordinairement gras ; c’est un excellent père de famille ; il n’a point de vice à proprement parler, sauf qu’il s’occupe parfois de littérature ou de jardinage. C’est lui qui trouvera la verveine noire, et il est en correspondance avec Alphonse Karr.

Le bureau du chef qui ne fait rien marche admirablement. Ses employés l’aiment, car ils n’ont pas affaire à lui. Son sous-chef encourage et exploite la nonchalance de son supérieur au profit de son ambition.

On dit dans l’administration que le chef qui ne fait rien a de grandes capacités.

LE CHEF QUI FAIT TOUT

Arrive de bonne heure, veille tard, et emporte du travail chez lui ;