Page:Gaboriau - Les Gens de bureau, Dentu, 1877.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



VII


— Monsieur Romain Caldas, fit M. Mareschal en se levant, vous nous étiez annoncé, Monsieur, et vous êtes le bienvenu.

Charmé de cette façon ouverte et cordiale d’accueillir son monde, Romain se sentit tout de suite pris d’une grande sympathie pour son chef de division.

Et vraiment M. Mareschal est l’homme le plus aimable du ministère ; il a le don si rare de parler aux petits sans les écraser.

C’est le vrai signe de la force.

— Romain Caldas ! continua M. Mareschal après