Page:Gaboriau - Les Gens de bureau, Dentu, 1877.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XIII


Tout rentra dans l’ordre peu à peu ; le rapport fut confié au jeune Basquin qui possède la plus belle ronde de l’administration : Gérondeau et Nourrisson s’installèrent à leur pupitre ; l’un se mit à tracer un transparent, et l’autre se plongea dans le feuilleton de la Patrie.

— Je voudrais cependant bien faire quelque chose, hasarda Caldas.

— J’ai là un état de mutation, interrompit vivement Gérondeau.

— Et moi un arrêté, minute et ampliation, ajouta Nourrisson.