Page:Gache - Le Dernier Jour du monastère d’Hautecombe.pdf/140

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 129 —

En d’autres circonstances le moine de Foran eût pris plaisir à se complaire dans la gravité de ce meuble, gothique par le bas, grec par le haut, ayant pour millésime 1515. Il aimait tout ce qui avait eu le temps de vieillir, tout ce qui était d’autrefois ; sa vie n’avait été qu’une longue prédilection pour les monuments brunis par les siècles. Il avait, à la cité d’Aoste, sa galerie de tableaux et sa collection d’objets d’art antiques dont il faisait son sanctuaire ; il aimait surtout le délié du fenêtrage gothique et les peintures de son vitrail irisé. Mais dans la nuit du 22 septembre 1792 l’infortuné vieillard usait du meublé sans pouvoir en délecter son esprit. Le chagrin commençait son agonie ; se figurant devant lui son indigne neveu, il se soulevait parfois, en scène avec lui-même. Un peu tourné sur le côté, son grand corps desséché s’affaissait en travers du fauteuil d’un angle à l’autre, et de sa courbure languissante en remplissait le pourtour ; la tête retombait en-