Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
104
HISTOIRE

Le commerce de pelleteries et la pêche de la morue prenant de jour en jour plus de développement, il devenait aussi d’une grande importance pour cette nation de s’assurer de la possession des pays où se faisaient ces deux négoces si avantageux pour sa marine. D’ailleurs le système colonial de l’Espagne s’agrandissait rapidement ; l’Angleterre persistait à s’établir dans la Floride en dépit de ses échecs. Elle ne pouvait donc rester tranquille en Europe, pendant que ses ennemis ou ses rivaux cherchaient à se fortifier en Amérique. Elle se mit aussi en frais plus sérieusement qu’elle ne l’avait fait jusque là, d’y avoir au moins un pied à terre. Mais les premiers hommes à qui elle confia cette tâche après la mort du marquis de la Roche, en firent simplement un objet de spéculation.

Pontgravé l’un des principaux négocians de St.-Malo, forma le vaste projet d’accaparer la traite des fourrures en Canada et en Acadie. Pour le réaliser, il jeta les yeux sur un capitaine de vaisseau nommé Chauvin, qui avait des amis puissans à la cour, et qui se recommandait en outre par les services qu’il avait rendus au roi dans les dernières guerres. Cet officier obtint facilement les pouvoirs qui avaient été accordés à la Roche. Mais il mourut après avoir débarqué à Tadoussac une douzaine de colons