Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
110
HISTOIRE

n’était qu’avec des peines infinies qu’on pouvait s’en procurer de la terre ferme. Le scorbut, dont trente six personnes moururent, vint encore aggraver la situation des Français. L’on résolut dès lors d’aller s’établir ailleurs dès que la belle saison serait venue.

Après avoir exploré les côtes jusqu’au cap Cod (dans l’État du Massachusetts), et que Champlain qui avait poussé en chaloupe jusqu’à une vingtaine de lieues au delà, appelle cap Mallebarre, de Monts ne trouvant point de localité qui réunit tous les avantages qu’il désirait, songea à retourner en Acadie.

Sur ces entrefaites, Pontgravé arriva d’Europe avec 40 nouveaux colons. Ce secours, venu fort à propos, releva tous les courages que les fatigues de l’hiver écoulé, et surtout les ravages du scorbut, avaient très-abattus. La colonie se transporta à Port-Royal sur la rivière de l’Equille, où l’on jeta les fondemens (1604) de la ville qu’on appelle maintenant Annapolis.

Dans l’automne M. de Monts étant passé en France, trouva les esprits prévenus contre son entreprise, par suite des bruits que les gens intéressés à la traite de la pelleterie, et que son privilége avait privés de ce négoce, faisaient courir contre le climat de l’Acadie et l’utilité de ces établissemens dispendieux. Il craignit un moment de voir sa société se dissoudre ;