Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/139

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
139
DU CANADA.

dernières villes y furent parties chacune pour moitié. Fait pour onze années, il fut ratifié par le Prince de Condé et confirmé par le roi. Les Rochellois regrettèrent alors leur obstination, parceque la liberté du commerce se trouva abolie par cette confirmation royale, à laquelle, sans doute, ils ne s’attendaient pas. Ils continuèrent toutefois par contrebande la traite sur un pied considérable sans qu’on pût y mettre fin, à cause de l’impossibilité à cette époque de garder les côtes du Canada.

Dans la prévision d’une pareille association, Champlain avait fait faire des défrichemens dans le voisinage de Montréal, pour élever un petit fort afin de protéger le comptoir de la compagnie, qui pourrait être avantageusement établi dans cette île. C’est pendant qu’il était occupé à ce travail qu’il fut visité par 200 Hurons avec lesquels il fit un traité d’alliance et de commerce, et qu’il obtint la permission de former des établissemens dans leur pays s’il en trouvait le sol convenable.

Ln 1613, trompé par un imposteur qui disait être parvenu avec les Algonquins fort loin dans le nord, jusque sur les bords d’une mer où il avait vu les débris d’un navire anglais, il partit pour aller vérifier ce fait, que la découverte de la baie d’Hudson peu d’années auparavant (1602) rendait très probable. Il remonta