Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
161
DU CANADA.

l’autre, qu’ils désignaient deux pays distincts, parceque les limites de chacun n’étaient pas semblables.

L’année suivante, le chevalier Alexander envoya des émigrans pour prendre possession du pays ; mais ils partirent si tard qu’ils furent obligés de passer l’hiver à Terreneuve. Ils abordèrent au printemps de 1623 au Cap-Breton ; et de là côtoyant l’Acadie, ils arrivèrent après avoir visité deux ou trois ports, au cap de Sable, où ils trouvèrent les Français qui n’avaient pas cessé d’occuper la contrée depuis l’invasion d’Argall, et quantité d’aventuriers qui s’étaient joints à eux. Ils n’osèrent débarquer, et revinrent en Angleterre, où ils firent la peinture la plus exagérée de la beauté et de la salubrité de l’Acadie ainsi que de la fertilité du sol. L’on crut sur leur parole que c’était un vrai paradis terrestre. Il y eut un instant d’engouement. Le chevalier Alexander se hâta de faire confirmer sa concession par Charles I, qui fonda aussi l’ordre des chevaliers baronnets de la Nouvelle-Écosse, dont le nombre ne devait point excéder cent cinquante. Cette chevalerie nouvelle fut pendant longtemps l’objet des railleries des plaisans, qui la ridiculisèrent dans leurs écrits et dans leurs discours. Pour pouvoir y être admis, il fallait travailler à l’établissement de la Province.