Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
265
DU CANADA.

que le P. Joques, l’un des missionnaires, était la cause de ces malheurs, et qu’il avait jeté un sort sur la tribu. Un Iroquois superstitieux et fanatique le tua d’un coup de casse-tête. Un jeune Français qui l’accompagnait subit le même sort ; on leur coupa à tous deux la tête et on les exposa sur une palissade. Leurs corps furent jetés à la rivière.

Après une violation aussi flagrante du droit des gens, les Agniers, certains qu’il n’y avait plus de paix possible, prévinrent leurs ennemis et se mirent de toutes parts en campagne, égorgeant tout ce qui se rencontrait sur leur passage. Des femmes algonquines, échappées comme par miracle de leurs mains, apportèrent aux Français la nouvelle de ce qui se passait. C’était à l’époque où le chevalier de Montmagny était rappelé et remplacé par M. d’Aillebout. Ce rappel inattendu avait causé de la surprise. Voici ce qui y donna lieu. Le commandeur de Poinci, gouverneur-général des îles françaises de l’Amérique, avait refusé de rendre les rênes du gouvernement à son successeur, et s’était maintenu dans sa charge contre l’ordre du roi. Cette espèce de rebellion avait eu des imitateurs. Pour couper court au mal, le conseil de sa Majesté avait décidé, que désormais les gouverneurs seraient changés tous les trois ans ; et c’est en con-