Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
274
HISTOIRE

aux. Le Jésuite Druillettes fut même délégué à Boston pour cet objet en 1650 et 1651 ; mais les Français, dont le commerce était gêné par les courses des Iroquois, voulaient engager la Nouvelle-Angleterre dans une ligue offensive et défensive contre cette confédération indienne. Cette condition fit manquer la négociation. Les Anglais n’avaient point d’intérêt à se mêler de cette guerre, et ils ne voulaient pas courir le risque d’attirer sur eux les armes de ces Sauvages. (Voyez dans l’Append. (B.) la réponse du gouvernement fédératif de la Nouvelle-Angleterre).

Cette année si funeste par la destruction de presque toute la nation huronne, finit par la retraite de M. d’Aillebout, qui s’était vu avec douleur réduit à être le témoin inutile de cette grande catastrophe. Il s’établit et mourut dans le pays. M. de Lauson lui succéda. C’était un des principaux membres de la compagnie des cent associés, et il avait toujours pris une grande part à ses affaires. Il se montra aussi incapable dans son administration que cette compagnie s’était montrée peu zélée pour le bien de la colonie, qu’il trouva dans un état déplorable. Les Iroquois, enhardis par leurs succès inouis dans les contrées de l’ouest du Canada, se rabattirent sur celles de l’est, et leurs bandes se glissaient à la faveur des bois