Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/377

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
379
DU CANADA.

temporelles. Il crut donc qu’il fallait prendre de bonnes précautions pour mettre des bornes à la puissance des ecclésiastiques et des missionnaires supposé qu’on vérifiât qu’elle allait trop loin ; et dans cette vue, il songea à choisir pour la colonie des chefs, qui fussent de caractère à ne donner aucune prise sur leur conduite, et à ne pas souffrir qu’on partageât avec eux une autorité, dont il convenait qu’ils fussent seuls revêtus[1].

Cependant le Canada avait été concédé de nouveau à la compagnie des Indes occidentales « en toute seigneurie, propriété et justice » par l’édit du roi du mois de mai 1664. Cette compagnie gigantesque se trouva par cet acte maîtresse de toutes les possessions françaises dans les deux hémisphères. À sa demande, le roi nomma les premiers gouverneurs provinciaux et un vice-roi pour l’Amérique. Alexandre de Prouville, marquis de Tracy, lieutenant-général dans les armées, fut choisi pour remplir ce dernier poste, avec ordre de se rendre d’abord dans les îles du golfe du Mexique, et ensuite en Canada qu’il devait travailler à con-

  1. Charlevoix à qui nous empruntons ces dernières paroles, garde le silence sur le sujet réel de la dispute et sur tous les détails que nous venons de donner, qu’il ignorait probablement, et que nous n’avons trouvés, nous, que dans les régistres du conseil souverain déposés aux archives de la province.