Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
81
DU CANADA.



CHAPITRE III.




ABANDON TEMPORAIRE DU CANADA.

1543–1603.



Roberval part pour l’Amérique après la guerre, et périt avec tous ceux qui l’accompagnent. — M. Villegagnon tente de fonder une colonie dans le Brésil ; la désunion des colons cause leur ruine. — Fondation de la Caroline dans la Floride. — Massacre des Français de cette colonie par les Espagnols, en pleine paix ; Catherine de Médicis, régente, néglige d’en demander satisfaction. — De Gourgues les venge. — Pendant longtemps on ne pense plus en France aux colonies. — Observations à cet égard. — Les troubles du royaume entravent la colonisation. — Progrès des pêcheries et du commerce des pelleteries. — Le marquis de la Roche veut fonder un établissement en Acadie ; il échoue. — 40 colons abandonnés dans l’île de Sable, périssent, excepté 12 que le roi envoie chercher au bout de cinq ans. — De la Roche, ruiné par son entreprise, meurt de chagrin. — Obstacles qu’éprouvait alors la colonisation.


La guerre dura plusieurs années entre François I et l’Empereur Charles-Quint. Comme cela était déjà arrivé, et devait arriver encore, on oublia le Canada dans le tumulte des camps.

Enfin la paix étant rétablie, Roberval, dont la réputation de bravoure s’était encore accrue, travailla sans perdre de temps à former une nouvelle expédition pour retourner en Amérique. Il s’adjoignit à cet effet son frère, soldat très brave que le roi, bon juge en cette matière, avait surnommé le Gendarme d’Hannibal. Il fit