Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
141
DU CANADA.

1694, où le roi Guillaume III fut deux fois vaincu. Catinat, Bouffiers, Vendôme, Tourville, Château-Renaud, DuGay-Trouin, et bien d’autres y acquirent un nom immortel. Frontenac et d’Iberville, quoique sur un théâtre moins imposant, soutinrent dignement l’honneur de leur patrie. Mais ces lauriers ne s’acquéraient qu’au prix de torrens de sang et de dépenses énormes. Les cinq premières campagnes avaient coûté plus de deux cents millions de subsides extraordinaires.

Enfin la paix fut signée à Riswick le 20 septembre 1797. La France et l’Angleterre furent remises par ce traité, quant à leurs colonies, dans le même état où elles étaient avant la guerre, excepté que la première acquit toute la baie d’Hudson. Ainsi elle resta maîtresse de la moitié occidentale de Terreneuve, de toute la côte maritime depuis le nord de la baie d’Hudson jusqu’à la Nouvelle-Angleterre, avec les îles adjacentes, de la vallée du St.-Laurent y compris les grands lacs, et de celle du Mississipi. Les difficultés entre les deux couronnes au sujet des limites de ces possessions, furent abandonnées à la décision de commissaires ; de sorte qu’après l’effusion de tant de sang en Amérique, la propriété du pays des Iroquois et les frontières de l’Acadie et de la Nouvelle-Angleterre restèrent encore des