Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
239
DU CANADA.

soixantaine de soldats, fut encore surpris par les Sauvages ; tout fut tué ou pris, il n’échappa qu’un seul homme. Le théâtre de ce combat se nomme aujourd’hui l’Anse du Sang. Ce succès fit prendre de nouveau les armes à 500 Acadiens, qui, avec tous les Sauvages qu’ils purent rencontrer, se tinrent prêts à reprendre Port-Royal dès que le gouverneur de Plaisance leur aurait envoyé, pour les commander, M. l’Hermite dans l’habileté et le courage duquel ils avaient la plus grande confiance. Mais ce gouverneur les ayant fait informer qu’il avait besoin de tout son monde, et qu’il était incapable de laisser aller un seul officier, ils abandonnèrent leur entreprise et se dispersèrent. La perte de l’Acadie fut très sensible à la France, malgré son état d’abaissement. M. de Pontchartrain, ministre de la marine, écrivit à M. de Beauharnais, intendant de la Rochelle et de Rochefort : « Je vous ai fait assez connaître combien il est important de reprendre ce poste (Port-Royal), avant que les ennemis y soient solidement établis. La conservation de toute l’Amérique septentrionale et le commerce des pêches le demandent également : ce sont deux objets qui me touchent vivement, et je ne puis trop les exciter (le gouverneur général et l’intendant de la N.-France) à les envisager avec les mêmes yeux ».