Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/278

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
277
DU CANADA.

La principale industrie des habitans consistait dans la pêche. La traite des fourrures qui s’y faisait avec quelques Sauvages Micmacs était de peu de chose. Cependant le grand nombre d’ouvriers employés d’abord par le gouvernement, pour exécuter ses vastes travaux, et ensuite l’activité de la pêche portèrent graduellement la population de cette colonie à 4000 âmes. Cette population était employée sur la fin au commerce de la morue sèche. Les habitans les moins aisés, suivant Raynal, y employaient deux cents chaloupes et les plus riches cinquante goëlettes de trente à cinquante tonneaux. Les chaloupes ne quittaient jamais les côtes de plus de quatre ou cinq lieues ; les goëlettes allaient jusque sur le grand banc de Terreneuve et dans l’automne portaient elles-mêmes leurs précieuses cargaisons en France ou dans les îles de l’archipel du Mexique. Dans le fait l’Île-Royale n’était qu’une grande pêcherie ; et sa population, composée en hiver des pêcheurs fixes, faisait plus que doubler en été par l’arrivée de ceux de l’Europe, qui s’éparpillaient sur les grèves pour faire sécher leur poisson. Elle recevait sa subsistance de la France ou des Antilles. Elle tirait de la première des vivres, des boissons, des vêtemens et jusqu’à ses meubles ; elle faisait ses retours en envoyant de la morue dans une partie des vais-