Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/293

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
293
DU CANADA.

provenait tout le numéraire de la colonie, et de vendre à d’autres qu’aux agens de M. Crozat, qui donnèrent les prix qu’ils voulurent. Celui des pelleteries fut fixé si bas que cette marchandise fut toute portée, par les chasseurs, en Canada ou dans les colonies anglaises. Le concessionnaire, à l’aspect de la décadence de la colonie, n’en voulut pas voir la cause là où elle était ; il adressa à diverses reprises de vaines représentations au gouvernement qui ne les écouta pas. Enfin épuisé par les grandes avances qu’il avait faites pour les nombreux établissemens formés en diverses parties du pays, et trompé dans son attente d’ouvrir par terre et par mer des communications avec le Mexique pour y verser ses marchandises et en tirer des métaux, dégoûté aussi d’un privilége plus onéreux que profitable, il le remit au roi, qui le concéda de suite à la compagnie d’Occident, dont le succès étonna d’abord toutes les nations.

Un aventurier écossais, Jean Law, homme plein d’imagination et d’audace, cherchant avec avidité l’occasion d’attirer sur lui l’attention de l’Europe par quelque grand projet, trouva dans la situation financière de la France, un moyen de parvenir au but qu’il désirait d’atteindre. Ayant fait une étude de l’économie politique dont Turgot et Smith devaient plus tard faire