Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
343
DU CANADA.

d’école en différens endroits du pays. Nous n’avons pas voulu passer sous silence le seul acte de ce genre émané de l’autorité publique que l’on trouve dans les deux premiers siècles de notre histoire. Quant aux autres objets que nous venons d’indiquer, sauf le commerce, quoiqu’ils eussent besoin de modifications et de perfectionnemens, on ne s’en occupa point. L’immobilité est chère au despotisme. La défense du pays dut aussi préoccuper l’esprit du : gouverneur. Les fortifications de Québec, commencées par MM. de Beaucourt et Levasseur, et ensuite discontinuées parceque les plans en étaient vicieux, furent reprises en 1720 sur ceux de M. Chaussegros de Léry, ingénieur, approuvés par le bureau de la guerre. Deux ans après il fut résolu de ceindre Montréal d’un mur de pierre avec bastions, la palissade qui l’entourait tombant en ruine. L’état des finances du royaume obligea de faire supporter une partie de cette dépense par les habitans et les seigneurs de la ville.

M. de Vaudreuil, après avoir terminé les négociations avec les cantons, et l’affaire du papier-monnaie dont nous parlerons plus en détail ailleurs, fit faire une nouvelle division paroissiale de la partie établie du pays, qui était déjà, comme l’on sait, partagée en trois gouvernemens : Québec, Trois-Rivières et Montréal.