Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
34
HISTOIRE

mains de leurs serviteurs, ou le peu qu’il en reste vit si misérablement qu’on n’en fait aucun cas. Pour ce qui est de ceux qui ont joint la faction, qui y appartiennent, qui dirigent tout ici, le gouverneur et le pays, je ne connais qu’un seul homme qui n’ait pas été domestique ou fils de domestique. Je prie votre seigneurie de croire que je ne cherche dans tout ceci que l’honneur du roi et le bien de la plantation dont, par la bonté de Sa Majesté et la faveur de votre seigneurie, je suis maintenant un des habitans ».

C’est à la suite de ces représentations insultantes, de ces basses calomnies, que le Massachusetts et les autres provinces de la Nouvelle-Angleterre perdirent leurs chartes. Déjà le New-Hampshire avait reçu une nouvelle constitution composée de deux branches seulement, le gouverneur et la chambre représentative (1680). Le Massachusetts fut traité en province rebelle, et soumis à un gouvernement purement despotique, composé d’un gouverneur général (le chevalier Edmond Andros) et d’un conseil nommé par lui et dont cinq membres formaient un quorum. Il fut revêtu de pouvoir de faire des lois et d’imposer des taxes. Il n’y eut plus de chambre représentative, et le principe électif fut aboli partout.[1]

  1. Belknap : History of New-Hampshire.