Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/368

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
368
HISTOIRE

terre. Aussi n’eut-elle pas plus tôt appris la résolution des Français, que la législature de cette dernière contrée vota une somme d’argent pour envoyer, conjointement avec la Nouvelle-York, une ambassade en Canada, afin de l’engager à abandonner cette position. En même temps elle pressa la première province d’exciter l’opposition des cinq nations. Mais ses démarches n’eurent aucune suite, et les Français, malgré les réclamations et les menaces, y construisirent le fort St.-Frédéric, ouvrage à machicoulis, et le gardèrent jusqu’à la fin de la guerre commencée en 1755. C’est ainsi que dans une lutte d’un nouveau genre, lutte d’empiétemens, lutte de sommations et de contre-sommations, les deux premières monarchies de l’Europe se disputaient pacifiquement, pour se les disputer ensuite les armes à la main, quelques lambeaux de forêts où déjà germaient sous leurs pas le républicanisme et l’indépendance.

Ces transactions, graves par les suites qu’elles devaient avoir, se passaient entre 1716 et 1744. Cependant, à la faveur de la paix, le Canada faisait des progrès, lents peut-être si l’on veut, parce qu’ils n’étaient dus qu’à l’accroissement naturel de la population, mais constans et assurés, malgré les ravages d’une épidémie, la petite vérole, fléau qu’on n’avait pas encore