Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/380

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
380
HISTOIRE

parlement et le barreau s’élevèrent contre le jugement, le parlement qui bravait alors la cour de Rome, en refusant la légende de Grégoire XII béatifié à la sollicitation des Jésuites, et qui s’élevait devant le cardinal comme l’opposant de ses vues. On conçoit quelle amertume cette conduite laissait dans le cœur du ministre, et dans quelle disposition d’esprit il reçut la nouvelle des démêlés entre le chapitre et le conseil supérieur de Québec, image du parlement de Paris. La querelle canadienne se confondit à ses yeux avec la querelle française. M. Dupuy fut immédiatement rappelé, et l’ordre envoyé, dès le 1 juin 1728, au conseil supérieur de lever les saisies du temporel des chanoines et curé de la cathédrale, qu’il avait ordonnées dans le cours des procédures.

Il y eut alors dans ce conseil un revirement d’opinion peu honorable pour ses lumières ou pour son indépendance. M. d’Artigny et M. Gaillard, s’étant présentés pour y prendre place comme à l’ordinaire, furent informés par M. Delino, qui le présidait en l’absence de son chef disgracié, qu’il avait été décidé qu’ils ne pourraient être admis jusqu’à ce que le roi se fût prononcé au sujet de la lettre de cachet du marquis de Beauharnais du 13 mai. Cette suspension dura jusqu’à l’ar-