Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/473

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
474
HISTOIRE

Français ne réussissaient pas, elle serait perdue, parce qu’elle avait refusé de prendre les armes pour ses maîtres. Aussi reçut-elle la nouvelle de l’arrivée du duc d’Anville avec de grandes démonstrations de joie, car elle se croyait sauvée, joie funeste qu’elle devait pleurer en larmes de sang dans un cruel exil et dans une dispersion plus cruelle encore ! M. de Ramsay, après avoir attendu longtemps en vain l’expédition française aux Mines, se disposait à revenir en Canada, sur les ordres de M. de Beauharnais, pour s’opposer aux projets que les grands préparatifs des ennemis annonçaient contre cette province, et il s’était déjà mis en route lorsqu’il fut rattrapé par un envoyé du duc d’Anville, qui le fit revenir sur ses pas avec 400 Canadiens ; et bientôt après il s’approcha avec ce petit corps de Port-Royal qu’il bloqua par terre quoique la garnison y fût de 6 à 700 hommes, en attendant la flotte qui portait les troupes auxquelles il devait se joindre pour faire la conquête de l’Acadie. Nous avons vu pourquoi elle ne vint pas.

Cependant le détachement de M. de Ramsay en Acadie et l’arrivée du duc d’Anville à Chibouctou, éloignèrent la guerre des frontières du Canada, qui avait été sérieusement menacé. La prise de Louis-bourg avait rempli les habitans de la Nouvelle-Angleterre d’une