Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/506

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
507
DU CANADA.

deçà de la péninsule pour s’y fortifier et recevoir les Acadiens.[1] Il choisit d’abord Chédiac sur le golfe St.-Laurent ; mais il l’abandonna ensuite parcequ’il était trop éloigné, et il vint prendre position à Chipodi entre la baie Verte et la baie de Chignectou. M. Cornwallis, nouveau gouverneur de la Nouvelle-Écosse, prétendant que son gouvernement embrassait non seulement la péninsule, mais encore l’isthme et la côte septentrionale de la baie de Fondy avec St.-Jean, envoya le major Lawrence au printemps de 1750 avec 400 hommes pour en déloger les Français et les Sauvages. Il ordonna en même temps d’intercepter les vaisseaux qui leur apportaient des vivres de Québec, à eux et aux Acadiens réfugiés. À son approche les habitans de Beaubassin, encouragés par leur missionnaire, mirent eux-mêmes le feu à leur village et se retirèrent derrière la rivière qui se jette dans la baie de Chignectou, avec leurs femmes et leurs enfans et ce qu’ils purent emporter de leurs effets. C’était un spectacle noble et cruel tout à la fois. Jamais on n’avait vu encore des colons montrer un pareil dévouement à une métropole regrettée. Le chevalier de la

  1. Documens de Paris.