Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome II, 1846.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
89
DU CANADA.

Le jour suivant les ennemis firent un troisième effort, qui n’eut pas plus de succès que les deux premiers. Ces échecs répétés devant quelques petits détachemens de milices achevèrent de les démoraliser, d’autant plus que pour atteindre la ville ils avaient toujours une rivière à passer, le gros des Français à combattre, et qu’ils ne pouvaient plus compter sur la flotte pour appuyer leur mouvement. En conséquence il fut décidé dans un conseil de guerre de se rembarquer ; ce qui fut effectué avec une si grande précipitation, au milieu d’une nuit orageuse et très obscure, que l’artillerie fut abandonnée sur le rivage quoiqu’il n’y eut pas de poursuite.

Ainsi à la fin d’octobre, le Canada se trouva délivré de deux armées puissantes, dont l’une avait été dissipée par les maladies et l’autre par le courage des habitans, qui avaient fait, dit une dépêche, tout ce qu’on pouvait attendre de bons soldats, et qui méritèrent par conséquent toutes les louanges que leur donna leur gouverneur. La levée du siége de Québec fit assez de sensation en France, au milieu même des victoires éclatantes qu’elle remportait sur l’Europe, pour que le roi en perpétuât le souvenir par une médaille. Le comte de Frontenac donna, comme trophée, deux des canons abandonnés par l’ennemi à un habitant nommé