Page:Gaud - Au pays natal, 1893.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
84
AU PAYS NATAL

Puis, vous avez exquis fromages,
Ecrevisses et coetera ;
De votre fête on parlera,
Pendant six mois dans nos villages.

Chaque galant veut acheter,
Une bonne fouasse beurrée ;
C’est pour sa brunette adorée,
Ce soir il ira lui porter.

Des bords de la Sèvre Niortaise,
A la forêt de l’Hermitain,
Le teint frais, le regard lutin,
Vous verrez venir la Mothaise.

C’est la fleur de notre Poitou,
Et je n’en sais point de plus belle,
Avec sa coiffe de dentelle,
Et la croix qui brille à son cou.

Les rosières, en robe blanche,
Ont attiré tous les regards...
Ils sont accourus les beaux gars,
De Goux, d’Exoudun, de Fomblanche !