Page:Gautier - Histoire du romantisme, 1874.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.







LA REPRISE D’HERNANI


(le 21 JUIN 1867)



Il y a trente-sept ans que, grâce au carré de papier rouge égratigné de la griffe Hierro, nous entrions au Théâtre-Français bien avant l’heure de la représentation, en compagnie de jeunes poètes, de jeunes peintres, de jeunes sculpteurs, — tout le monde était jeune alors ! — enthousiastes, pleins de foi et résolus à vaincre ou mourir dans la grande bataille littéraire qui allait se livrer. C’était le 25 février 1830, le jour d’Hernani, une date qu’aucun romantique n’a oubliée et dont les classiques se souviennent peut-être, car la lutte fut acharnée de part et d’autre. Beaux temps où les choses de l’intelligence passionnaient à ce point la foule !

Notre émotion n’a pas été moindre jeudi dernier. Trente-sept ans ! c’est plus de deux fois ce que Tacite appelle « un grand espace de la vie humaine. » Hélas ! des anciennes phalanges romantiques, il ne reste que bien peu de combattants ; mais tous ceux