Page:Gautier - L’Orient, tome 1, Charpentier-Fasquelle, 1893.djvu/207

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
195
SYRIE.

naient, regardant cette activité d’un air de bienveillance. Le prince mena son hôte au jardin où se cultivaient des palmiers, des bananiers et autres plantes tropicales qui sont des raretés à cette hauteur, dans la fraîche atmosphère de la montagne. — On jouissait de là d’une vue splendide sur la vallée où coule profondément encaissé le Nahr-el-Kelb, ou rivière du Chien ; mais toutes ces perspectives ne distrayaient pas Gérard de son idée fixe. — Un manoir si féodal devait avoir des châtelaines. — Les verrait-il ? — Les Maronites étant chrétiens ne voilent pas leurs femmes. — Aussi à l’heure du dîner, deux femmes magnifiquement parées étaient-elles accroupies dans des poses d’idole sur les coussins du divan. — Une petite fille jouait près d’elles qui se leva pour aller baiser la main de l’hôte selon la coutume de l’Orient.

L’on sera peut-être curieux de connaître la toilette des deux princesses du Liban. La description, quoique faite il y a plusieurs années, doit être exacte encore aujourd’hui,