Page:Gautier - L’Orient, tome 1, Charpentier-Fasquelle, 1893.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
123
EXCURSION EN GRÈCE.

naturels de l’Attique, ayant de l’eau jusqu’au jarret, cherchaient dans la boue noire d’une rigole des vers rouges pour la pèche. C’étaient les seules figures qui animassent le paysage désert. Quant à la rigole vaseuse, je suis fâché de dire que c’était le Céphise, mais, comme Magnus dans les Burgraves, « la vérité m’y pousse. » Heureusement l’Acropole s’élevait radieuse au fond et rachetait la pauvreté des premiers plans.

Je revins à l’auberge où l’on me servit, dans une grande salle badigeonnée à la manière italienne et décorée de lithographies, pour la plupart indigènes, qui faisaient plus d’honneur au patriotisme qu’au talent des artistes : c’étaient les portraits de Marco Botzaris, d’Ypsilanti et autres héros de la guerre de l’indépendance, des allégories représentant le réveil et le triomphe de la Grèce foulant aux pieds des Turcs aussi laids que le fanatisme, l’envie et la discorde dans les plafonds mythologiques, des scènes de la révolution du 15 septembre 1843, le tout dessiné dans le goût des images de la rue Saint-