Page:Gautier - La Chanson de Roland - 2.djvu/318

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

CULOR. R. s. f. (Colorem), 3720. V. Culur et Color.

CULPE. R. s. f. (Culpam), 3720. « Clamer sa culpe, » c’est « réciter son mea culpa » : Cleimet sa culpe, 2239 et 2364. Cf. 1173, 2014. — Deus ! meie culpe (c’est-à-dire : mea culpa), 2369. — R. p. f. : culpes, 1132.

CULUMBE. R. s. f. Colonne (Columnam), 2586.

CULUR. R. s. f. Couleur (Colorem), 441, 2299, 2895 ; color, 3763 ; culor, 3720. — Au r. p. f., culurs a (vers 2594) le sens de « peintures murales » : Fait sei porter en sa cambre voltice ; — Plusurs culurs i ad peinz e escrites, 2593, 2594. V. Culor et Color.

CULVERT. Adj. s. m. Misérable (l’étymologie de Diez, collibertus, est la moins mauvaise de toutes : elle nous paraît encore bien douteuse), 1394. — Voc. s. m. : culvert, 763, 1207, 2292 et 3446.

CULZT. Verbe act., 3e p. s. du subj. prés. de culcher (Collocet), 2682. (V. Culchet.)

CUM. Conjonction. Ce mot, suivant nous, ne vient pas toujours de quomodo, ainsi que l’affirment Littré et Brachet. Il vient tantôt de quomodo : Issi seit cum vos pleist, et tantôt de quum : Cum je serai à Loün en ma chambre, etc. En ce dernier cas, l’étymologie quomodo nous paraît impossible. ═ D’où il suit que cum a deux sens : 1° « Quand, lorsque, dès que », et 2° « De la façon que, ainsi que ». ═ Il convient d’ajouter que cum se distingue fort nettement de cume dans le texte de la Bodléienne. Cume (qui a seulement le sens de quomodo), ne s’emploie qu’avec des substantifs et adjectifs (cume fols... Neirs cume peis) ; tandis que cum s’emploie presque toujours avec un verbe : Faites la guere cum vos l’avez enprise, etc. (V. notre note du v. 20.) ═ 1° Cum, dans le sens de quomodo. On le trouve employé avec un verbe aux vers suivants : Que il me cheded cum fist à Guenelun, 769. Si cum li cerfs s’en vait devant les chiens, 1874. Si cum il poet, 2203. Cf. 76, 210, 606, 1802. Une seule fois, on le trouve avec un substantif : Altresi cum un urs, 1827. ═ 2° Cum, dans le sens du latin quum : Cum il le vit, 1643. Cum je serai à Eis en ma chapele, 2917. Cum il aproisment en la citet, 2692. Cf. 2910. ═ 3° Cum enfin est employé dans le sens exclamatif, et, en ce cas, dérive de quomodo : E ! Sarraguce, cum ies oi desguarnie, 2598. V. Cun.

CUMANT. Verbe neut. et quelquefois actif, 1re p. s. de l’ind. prés. (Commendo), 273, 2253, 2673, 2815, 3015, et comant, 318. 3e p. s. : cumandet, 1138, 2432, 2527, 2970, 3057, 3952, et comandet, 298. 3e p. p. : cumandent, 3694. — Parf. simpl. 3e p. s. : cumandat, 1817. — Parf. comp., 3e p. s. : ad comandet, 2453 (sans complément), et 2952 (avec un r. n.). — Impér. 2e p. p. : cumandez, 2949, 3842. — Part. passé, s. s. m. : comandet, 696, et r. n. : comandet, 2453 et 2952 ═ Ce verbe a plusieurs sens : 1° Il a gardé le sens latin de « confier, recommander » (vers 2253, 2815, 2527, 3694, 1817, et 696). ═ 2° Il signifie encore « commander, ordonner » (vers 273, 2673, 318, 1138, 298, 2453, 2952, 2949, 3842). ═ 3° Enfin il faut signaler une acception particulière aux vers 3015, 2432, 2970, 3057. Li reis cumandet un soen veier, 3952. Ce dernier sens est celui de « requérir par ordre ». V. Comand et Comandement.

CUMBATANT. V. le suivant.

CUMBATRE. Verbe qui, partout, est employé au réfléchi, sauf en un seul cas (v. 2603 : S’il ne cumbat à cele gent hardie). L’étymologie est battuere avec cum. V. Batre. Inf. prés. : Me cumbatre, 566. — Ind. prés., 3e p.