Page:Gautier - La sœur du soleil.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne songions pas à la guerre, il a rassemblé des armées ; il est en mesure de commencer la lutte, nous ne sommes pas prêts ; mais, en quelques jours, cette infériorité n’existera plus ; nos troupes seront sur pied et la partie deviendra égale. Il faut donc pour le moment occuper l’ennemi par des escarmouches insignifiantes, le retenir loin d’ici, tandis que nous rassemblerons nos forces autour d’Osaka.

— Pour moi, je suis d’avis d’attaquer immédiatement Hiéyas et de ne pas lui laisser prendre l’offensive, dit le général Harounaga, un soldat sans grand mérite, mais que la protection active de Yodogimi, la mère de siogoun, avait promptement élevé.

— Y songes-tu ? s’écria le jeune Signénari, ce serait faire massacrer en quelques heures notre armée par une armée trois fois plus nombreuse qu’elle. Il faut occuper les forteresses et nous mettre à l’abri d’une surprise jusqu’au moment ou toutes nos forces seront réunies. Si alors Hiéyas ne nous a pas encore attaqués, il sera temps de prendre l’offensive.

— Je maintiens ma proposition, dit Harounaga. J’ai idée que l’armée de Hiéyas est loin d’être aussi nombreuse qu’on se l’imagine ; comment, en l’espace d’une lune, aurait-il pu devenir formidable à ce point ?

— On ne peut pas agir sur des suppositions, dit Yoké-Moura, et nous ne sommes pas en mesure d’attaquer ; il faut avant tout grossir notre corps d’armée.

— Combien avons-nous de soldats en ce moment ? demanda Fidé-Yori.

— Voici, dit Yoké-Moura : Signénari, qui vient d’être honoré, malgré sa grande jeunesse, du grade de général, a vingt mille hommes sous ses ordres ; Harounaga en a autant ; Moto-Tsoumou et Massa-Nori