Page:Gautier - La sœur du soleil.djvu/251

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Les cris redoublèrent.

Sortir était impossible. L’effroyable poussée avait étouffé beaucoup d’hommes, les cadavres bouchaient l’ouverture ; ils formaient un rempart compacte, grossi d’instants en instants, infranchissable. Tous devaient périr ; leurs trépignements faisaient trembler le sol ; ils s’écrasaient, se mordaient les uns les autres, leurs sabres leur enfonçaient les côtes ; leurs cuirasses se brisaient avec leurs os ; ils mouraient au milieu d’une ombre intense, étouffés dans un sépulcre trop étroit.

On essayait en vain du dehors de déblayer l’entrée.

— Quelle chose horrible, la guerre ! s’écria Fidé-Yori qui s’enfuit bouleversé.

Bientôt les cris devinrent plus rares, puis le silence s’établit tout à fait.

— C’est fini, ils sont tous morts, dit Yoké-Moura, il ne reste qu’à refermer la tombe.

Cinq mille hommes avaient péri dans ce souterrain long de plusieurs lieues.